30/03/2013

EMILE VERHAEREN 1855 / 1916

          VIENS LENTEMENT T'ASSEOIR

 

Viens lentement t'asseoir

Près du parterre dont le soir

Ferme les fleurs de tranquille lumière,

Laisse filtrer la grande nuit en toi :

Nous sommes trop heureux pour que sa mer d'effroi

Trouble notre prière .

 

Là-haut, le pur cristal des étoiles s'éclaire ;

Voici le firmament plus net et translucide

Qu'un étang bleu ou qu'un vitrail d'abside;

Et puis voici le ciel qui regarde à travers .

1246177103.gif

4fcf0616.gif

1246177103.gif

26163_73169.jpg

1246177103.gif

008.21.jpg

1246177103.gif

!cid_003e01c96b05$e93ff0a0$0500a8c0@danieleds8il6k.gif

01:05 Écrit par DANY | Lien permanent | Commentaires (21) |  Facebook

26/03/2013

ALFRED DE MUSSET 1810 / 1857

                                          A GEORGES SAND

 

Te voilà revenu, dans mes nuits étoilées,

Bel ange aux yeux d'azur, aux paupières voilées,

Amour, mon bien suprême, et que j'avais perdu !

J'ai cru, pendant trois ans, te vaincre et te maudire,

Et toi, les yeux en pleurs, avec ton doux sourire,

Au chevet de mon lit, te voila revenu .

 

Et bien, deux mots de toi m'ont fait le roi du monde,

Mets la main sur mon coeur, sa blessure est profonde ;

Elargis-la, bel ange, et qu'il en soit brisé !

Jamais amant aimé, mourant sur sa maîtresse,

N'a sur des yeux plus noirs bu la céleste ivresse,

Nul sur un plus beau front ne t'a jamais baisé !

1xykrca0.gif

40222c16.jpg

1xykrca0.gif

880g0kbn.gif

1xykrca0.gif

8ed2c6f6.jpg

1xykrca0.gif

dohd01du.jpg

01:32 Écrit par DANY | Lien permanent | Commentaires (35) |  Facebook

23/03/2013

PIERRE DE RONSARD 1524 / 1585

         QUAND VOUS SEREZ BIEN VIEILLE, AU SOIR A LA CHANDELLE

 

Quand vous serez bien vieille, au soir à la chandelle,

Assise auprès du feu, dévidant et filant,

Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :

<< Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle ! >>

 

Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,

Déjà sous le labeur à demi sommeillant,

Qui au bruit de Ronsard ne s'aille réveillant .

Bénissant votre nom de louange immortelle .

Je serai sous terre, et, fantôme sans os .

4.gif

fef1d8f1.JPG

4.gif

031qzbhb.jpg

4.gif

femme489[1]3.jpg

4.gif

925d435d.gif

01:08 Écrit par DANY | Lien permanent | Commentaires (24) |  Facebook

20/03/2013

UNE IDEE PHILOSOPHIQUE

1t1w45oo.gif

 

connaître le passé

est une manière

de s'en libérer .

 

Raymond Aron

1t1w45oo.gif

 

il viendra un jour

où l'humanité ne croira plus,

mais où elle saura .

 

Ernest Renan

1t1w45oo.gif

 

avoir toujours soif

de nouveauté conduit à se priver des vérités

les plus essentielles .

 

Jean-François Revel

1t1w45oo.gif

 

 

il faut perdre la moitié

de son temps

pour pouvoir

employer l'autre .

 

John Locke

1t1w45oo.gif

dany11.gif

 

 

 

01:05 Écrit par DANY | Lien permanent | Commentaires (36) |  Facebook

17/03/2013

FRANCOIS MAINARD 1582 / 1646

                      MON ÂME IL FAUT PARTIR

 

Mon âme, il faut partir. Ma vigueur est passée,

Mon dernier jour est dessus l'horizon .

Tu crains ta liberté . Quoi ! n'es-tu pas lassée

D'avoir souffert soixante ans de prison ?

 

Tes désordres sont grands ; tes vertues sont petites ;

Parmi tes maux on trouve peu de bien ;

Mais si le bon Jésus te donne ses mérites,

Espère tout et n'appréhende rien .

 

Mon âme, repens-toi d'avoir aimé le monde,

Et de mes deux yeux fais la source d'une onde

Qui touche de pitié le Monarque des rois .

 

Que tu serais courageuse et ravie

Si j'avais soupiré, durant toute ma vie,

Dans le désert, sous l'ombre de la croix !

03a8dc0e.gif

27.4.jpg

03a8dc0e.gif

nymphe.jpg

03a8dc0e.gif

dali32.jpg

03a8dc0e.gif

aa3.2.jpg

01:08 Écrit par DANY | Lien permanent | Commentaires (28) |  Facebook

14/03/2013

ALFRED DE MUSSET 1810 / 1857

                              A LAURE

 

Si tu ne m'aimais pas, dis-moi, fille insensée,

Que balbutiais-tu dans ces fatales nuits ?

Exerçais-tu langue à railler ta pensée ?

Que voulaient donc ces pleurs, cette gorge oppréssée,

Ces sanglots et ces cris ?

Ah ! si le plaisir seul t'arrachait ces tendresses,

Si ce n'était que lui qu'en triste moment

Sur mes lèvres en feu tu couvrais de caresses

Comme un unique amant :

Si l'esprit et les sens, les baisers et les larmes,

Se tiennent par la main de ta bouche à ton coeur,

Et s'il te faut ainsi, pour y trouver des charmes,

Sur l'autel du plaisir profaner le bonheur :

Ah ! Laurette ! ah ! Laurette, idole de ma vie,

Si le sombre démon de tes nuits d'insomnie

Sans ce masque de feu ne saurait faire un pas ,

Pourquoi l'évoquais-tu, si tu ne m'aimais pas ?

0f2e0d1f.gif

!cid_00ce01c9911e$2afb79e0$0100a8c0@danieleds8il6k.gif

0f2e0d1f.gif

amour-10ae6.gif

0f2e0d1f.gif

!cid_97097571-A471-4AC2-944B-5DE7F634E483.jpg

0f2e0d1f.gif

ee0b5586.jpg

 

01:25 Écrit par DANY | Lien permanent | Commentaires (31) |  Facebook

11/03/2013

Georges DE SCUDERY 1601 / 1667

                         LA BELLE EGYPTIENNE

 

Sombre divinité, de qui la spendeur noire

Brille de feux obscurs, qui peuvent tout brûler ;

La neige n'a plus rien qui te puisse égaler,

Et l'ébène aujourd'hui l'emporte sur l'ivoire.

 

De ton obscurité vient l'éclat de ta gloire ;

Et je vois dans tes yeux, dont je n'ose parler,

Un amour africain, qui s'apprête à voler,

Et qui, d'un arc d'ébène, aspire à la victoire .

 

Sorcière sans démons, qui prédis l'avenir ;

Qui regardant la main, nous viens entretenir ;

Et qui charmes nos sens d'une aimable imposture ;

 

Tu parais peu savante en l'art de deviner ;

Mais sans t'amuser plus à la bonne aventure,

Sombre divinité, tu nous la peux donner .

5.BARRE--80-.gif

2.jpg

5.BARRE--80-.gif

slide0048_image054[1]2.jpg

5.BARRE--80-.gif

bxgywgsl.jpg

01:21 Écrit par DANY | Lien permanent | Commentaires (34) |  Facebook