29/04/2012

LISE TARDIF

OSMOSE

 

 

Dans le silence obscur, les fleurs sortant du bal

Déposent sur la mousse et l'herbe dentelée

Des chapelets d'étoile en perles de cristal

Pénétrant en coeur comme une pluie étoilée.

A l'écoute, mon corps, entre magiquement

Dans l'osmose qu'apporte une lueur céleste.

Tout l'univers palpite et jusqu'au firmament

La nature apaisée enfin se manifeste.

Les cieux enveloppés d'un brocard bleu profond

Se veloutent, plus doux, sous la lune frivole

Pagayant au-dessus d'un nuage bouffon

Qui glisse au

 

diapason d'une âme qui s'envole.

Pour un temps sans passé, sans mémoires et sans voix,

Je me laisse partir sur l'aile d'un mirage.

Qu'il est bon de mourir un moment quelquefois

Juste en l'instant béni qui redonne courage ...

g7havrht.gif

2a8a522e.jpg

g7havrht.gif

7ba326d2.jpg

g7havrht.gif

16fb09da.jpg

g7havrht.gif

!cid_023D8DCEBA3944B3A0F833E9049E44CF@PCdenumberone.jpg

 

02:04 Écrit par DANY | Lien permanent | Commentaires (25) |  Facebook

26/04/2012

Mahatma GANDHI

    Un  Sourire

 

Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup

 

Il enrichit ceux qui le reçoivent

 

Sans appauvrir ceux qui le donnent

 

Il ne dure qu'un instant

 

Mais son souvenir est parfois éternel

 

Personne n'est assez riche pour s'en passer

 

Ni n'est assez pauvre pour ne pas le mériter

 

Il crée le bonheur au foyer

 

Il est le signe sensible de l'amitié

 

Un sourire donne du repos à l'être fatigué

 

Rend courage aux plus découragés

 

Il ne peut ni s'acheter, ni se prêter, ni se voler

 

Car c'est une chose qui n'a de valeur

 

Qu'à partir du moment où on le donne

 

Et si parfois vous rencontrez une personne

 

Qui ne sait plus avoir le sourire

 

Soyez généreux, donnez-lui le vôtre

 

Car nul n'a autant besoin d'un sourire

 

Que celui qui ne peut en donner aux autres.

 

Mahatma Gandhi

3mjdw4n5-6948333625.gif

1.jpg

3mjdw4n5-6948333625.gif

2.jpg

3mjdw4n5-6948333625.gif

3.jpg

3mjdw4n5-6948333625.gif

450029610.jpg

 

03:00 Écrit par DANY | Lien permanent | Commentaires (28) |  Facebook

23/04/2012

FRANCOIS TRISTAN L'HERMITE 1601 / 1655


L'extase d'un baiser

Au point que j'expirais, tu m'as rendu le jour
Baiser, dont jusqu'au coeur le sentiment me touche,
Enfant délicieux de la plus belle bouche
Qui jamais prononça les Oracles d'Amour.

Mais tout mon sang s'altère, une brûlante fièvre
Me ravit la couleur et m'ôte la raison ;
Cieux ! j'ai pris à la fois sur cette belle lèvre
D'un céleste Nectar et d'un mortel poison.

Ah ! mon Ame s'envole en ce transport de joie !
Ce gage de salut, dans la tombe m'envoie ;
C'est fait ! je n'en puis plus, Élise je me meurs.

Ce baiser est un sceau par qui ma vie est close :
Et comme on peut trouver un serpent sous des fleurs,
J'ai rencontré ma mort sur un bouton de rose.

38.gif

b2.jpg

38.gif

40653929.jpg

38.gif

ce4bb000.png

38.gif

254373702_small.jpg

 

03:00 Écrit par DANY | Lien permanent | Commentaires (22) |  Facebook

20/04/2012

ANTOINE DE NERVEZE 1570 / 1622


J'aime la solitude et me rends solitaire


J'aime la solitude et me rends solitaire
Pour penser librement à mes belles amours,
Je cherche les forêts et les lieux les plus sourds
Pour leur dire les maux qu'aux mortels je veux taire.

Ils servent à mon deuil de loyal secrétaire,
Recevant les soupirs que je pousse toujours ;
C'est le trésor caché des regrets de mes jours,
L'air en est le registre et le vent le notaire.

Le vent écrit ma plainte et la répand en l'air,
Mes soupirs lui dictant mon martyre sans pair,
Et je me fie à lui parce qu'il n'a point d'âme.

S'il était animé, je tairais mon regret
Parce que j'aime tant en amour le secret,
Qu'on ne sait ni le bien ni le mal de ma flamme.

4ktnhdn4.gif

fpcl8eht.gif

4ktnhdn4.gif

hpfbb2nu.gif

4ktnhdn4.gif

femme romantique6.JPG

4ktnhdn4.gif

csFAHwuV.gif

 

03:00 Écrit par DANY | Lien permanent | Commentaires (26) |  Facebook

17/04/2012

FRANCOIS COPPEE 1842 / 1908


Orgueil d'aimer

Hélas ! la chimère s'envole
Et l'espoir ne m'est plus permis ;
Mais je défends qu'on me console.

Ne me plaignez pas, mes amis.
J'aime ma peine intérieure
Et l'accepte d'un coeur soumis.

Ma part est encor la meilleure,
Puisque mon amour m'est resté ;
Ne me plaignez pas si j'en pleure.

A votre lampe, aux soirs d'été,
Les papillons couleur de soufre
Meurent pour avoir palpité ;

Ainsi mon amour, comme un gouffre,
M'entraîne, et je vais m'engloutir ;
Ne me plaignez pas si j'en souffre.

Car je ne puis me repentir,
Et dans la torture subie
J'ai la volupté du martyr ;

Et s'il faut y laisser ma vie,
Cc sera sans lâches clameurs.
J'aime ! j'aime ! et veux qu'on m'envie !

Ne me plaignez pas si j'en meurs.

e8t9idf9.gif

198.jpg

e8t9idf9.gif

6308.jpg

e8t9idf9.gif

2632082224_1.jpg

e8t9idf9.gif

925d435d.gif

 

03:00 Écrit par DANY | Lien permanent | Commentaires (25) |  Facebook

14/04/2012

JOHANNE HAUBERT-BIETH 14 AVRIL 2001

 

 

Merveilleuse jeunesse !

 

Jeunesse aux doigts de fée, ourlant les doux enfants

D’espoirs en feston rose où l’avenir se dresse,

Tu brodes le futur, avec amour, adresse,

Quand fredonnent, bénis, leurs printemps triomphants.

 

Ardemment ton soleil, les voulant tous infants,

De ta sève fougueuse alors ton cœur se presse

À les rendre plus forts… préservant la tendresse,

Pour sonner, souverains, de tes chers olifants.

 

Lorsque l’automne annonce, hélas, le crépuscule,

L’espérance et la Foi que ton zèle inocule

Offrent encor l’ardeur, déchirant les brouillards…

 

Filant certains regrets d’un rouet nostalgique

Les cœurs vieux, courbatus, qui palpitent gaillards

Sous tes regains subtils, baisent ta main magique !

090724040230766644125113.gif

Diapositive2.JPG

090724040230766644125113.gif

Diapositive8.JPG

090724040230766644125113.gif

Diapositive11.JPG

090724040230766644125113.gif

Diapositive13.JPG

090724040230766644125113.gif

csFAHwuV.gif

 

 

 

 

 

03:00 Écrit par DANY | Lien permanent | Commentaires (29) |  Facebook

11/04/2012

ISAAC HABERT 1560 / 1615

SANS TITRE


Amour m'a découvert une beauté si belle

Amour m'a découvert une beauté si belle
Que je brûle et englace et en me consumant
J'éprouve, tant me plaît ma flamme et mon tourment,
Que qui meurt en aimant reprend vie immortelle.

Comme l'unique oiseau de cette ardeur nouvelle
Je renais, et ma flamme et son nom chèrement
Je porte sur le dos au front du firmament
Pour les faire reluire en sa voûte éternelle.

Les pâles mariniers errants dessus les eaux
Pour mieux suivre leur route ont recours aux flambeaux
Qui les guident partout sur l'onde marinière,

Ceux-la qui se mettront sur l'amoureuse mer
Prendront de la beauté qu'Amour me fait aimer,
Pour voguer bienheureux, le nom clair de lumière.

1009200703521085646785718.gif

Image7[1]7.jpg

1009200703521085646785718.gif

Image5[1]5.jpg

1009200703521085646785718.gif

ewvfk73x.jpg

1009200703521085646785718.gif

cdbf8ef1.gif

 

03:00 Écrit par DANY | Lien permanent | Commentaires (23) |  Facebook