31/10/2009

POEME N° 8 DE PABLO NERUDA

                         POEME  8

 

Abeille blanche, ivre de miel , toi qui bourdonne dans mon âme

Tu te tords en lentes spirales de fumée

 

Je suis désespéré , la parole sans écho

Celui qui a tout eu , et qui a tout perdu

 

Dernière amarre , en toi craque mon anxiété dernière

En mon désert tu es la rose ultime

 

AH !  SILENCIEUSE !

 

Ferme les yeux profonds , la nuit y prend son vol

Ah ! dénude ton corps de craintive statue

 

Tu as les yeux profonds , la nuit où la nuit bat des ailes

Et de frais  bras de fleur et un giron de rose

 

Et tes seins sont pareils à des escargots blancs

Un papillon de nuit dort posé sur ton ventre

 

AH  ! SILENCIEUSE !

 

Voici la solitude et tu en es absente

Il pleut , le vent de mer chasse d'errantes mouettes

 

L'eau marche les pieds nus par les routes mouillées

Et la feuille de l'arbre geint , comme un malade

 

Abeille blanche , absente , en moi ton bourdon dure

 

tu revis dans le temps , mince et silencieuse

 

AH ! SILENCIEUSE  !

 

                                          PABLO NERIDA

!cid_000601c997d8$d93cf270$0500a8c0@danieleds8il6k





11:27 Écrit par DANY dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook

30/10/2009

TRES BEAU POEME DONT JE NE SUIS PAS L'AUTEUR

 

                              TEL UN PAUVRE OISEAU BLESSE

 

Tel un pauvre oiseau blessé

Son plumage s'amenuise

De son vol alarmé

Sa vitalité  s'épuise

 

Tel un moineau apeuré

Ses ailes se tétanisent

Elle aimerait s'envoler

En cette atmosphère grise

 

Près des rivages embrumés

Le bel oiseau agonise

Mais elle ne fait qu'assumer

Que les douleurs la détruisent

 

Tel un pauvre oiseau blessé

Les acharnements la brisent

Dans la souffrance tissée

Plus rien ne la s'écurise

 

                         VALERIE .S

dyn009_original_540_414_pjpeg_36940_5d0f85b629e8c2026c2a26ecea7f5d47


12:45 Écrit par DANY dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook

28/10/2009

Ô SOLEIL

                       Ô   SOLEIL

 

Toi qui brille de mille feux depuis que le monde est monde

Toi qui fait mûrir fruits qui se gorgent de sucre , légumes aux couleurs chatoyantes

Toi  l'onde tu réchauffes ou je m'ébat  donnant un gout salé a ma peau

Toi qui rends la sable brûlant où j'aime m'étendre nue afin que tu me donnes une couleur de miel

Toi le soleil que j'aime

comment pourrais je vivre sans tes rayons

Tes rayons qui illuminent mon coeur même quand il est malheureux

Toi le soleil , mon soleil , le soleil de ma Provence

Que tant et tant de personnes nous envient

Toi soleil je ne laisserai pas la terre te cacher même après ma mort

Je me rependrai dans un champ de lavande et tu continueras à me réchauffer

Car je serai toujours là

Toi mon soleil , mon bel astre , le plus bel astre de l'univers

serenity
je pense que j'ai du mal a trouver l'inspiration peut être juste un petit passage a vide trois poèmes pour une petite personne comme moi !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

17:29 Écrit par DANY dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook

PABLO NEREDU N°4

                           POEME N° 4

 

Ah vastedad de pinos , rumor de olas que brandose

Te nts juego de luces , campana solitaria

Crepùsculo cayendo en tus ojos , munueca

Caracola terrestre , en ti la tierra canta !

 

En ti los rios cantan y mia alma en ellos huye

Como tu desces y hacia donde tù quieras

Marcame mi camino en tu arco esperanza

Y soltaré en delirio mi bandada de flechas

 

En tomo a mi estoy viendo tu cintra de niebla

Y silencio acosa mis horas perseguidas

Y eres tù con tus brazos de piedra transparente

Donde mi besos anclan y mi hùmeda ansia anida

 

AH tu voz misteriosa que el amor tine y dobla

En el altarde cer resonante y muriendo !

Asi en horas profondas sobre los campos he visto

Doblarse las espigas en la boca del viento

                                                   PABLO NURADA

starry



11:55 Écrit par DANY dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

27/10/2009

PABLO NERUDA

                             POEME N°4

 

Immensité des pins , rumeur brisée des vagues

Contre le crépuscule et ses vieilles hélices

Crépuscule tombant sur tes yeux de poupée

Coquillage terrestre , en toi la terre chante

 

En toi chantent les fleuves et sur eux fuit mon âme

Comme tu le désires et vers où tu veux

Trace - moi le chemin sur ton arc d'espérence

Que je lâche en délire une volée de flèches

 

Je vois autour de moi ta ceinture de brume

Mes heures poursuivies traquées par ton silence

C'est en toi , en tes bras de pierre transparente

Que mes baisers se sont ancrés , au nid de mon désir humide

 

AH ! ta voix de mystère que teinte et plie l'amour

Au soir retentissant et qui tombe en mourant !

Ainsi à l'heure sombre ai-je vu dans les champs

Se plier les épis sous la bouche du vent .

                                       PABLO NERUDA

01-22


17:36 Écrit par DANY dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook

26/10/2009

ESPOIR D'ETE

                             ESPOIR D'ETE

 

A l'ombre d'un pin parasol

Un matin de Juin la douceur de l'été lentement s'approchait

Elle se faisait déjà sentir

Un petit mistralet soufflait dans les branches

De cet arbre majestueux laissant un doux parfum autour de moi

 

Je me mis a rêver tout éveillée

Bientôt les cigales viendront chanter au creux de mon oreille

Et avec elles toutes les senteurs de ma garrigue natale

Thym , lavande , romarin , serpolet , genêts aux fleurs d'or

Mapporteront l'espoir de l'amour .

Venant me rejoindre dans mon abri de fortune

 

Enfin l'instant tant attendu aller arriver, se produire

Ô  ! Mon tendre amour , mon bel étranger

Que l'attente fut longue mais doux l'instant

De me retrouver dans tes bras me serrant avec puissance

Ta bouche écrasant mes lèvres

Ton corps , mon corps , ne faisant plus qu'un

Quels instants sublimes  - - - - - -

Je ne voulais les ouvrir les yeux , afin de rester dans cette delectation

Une abeille vint tournailler autour de mon visage

J'ouvre mes paupières

Tu es là tout près de moi

le ciel , la mer , le soleil , et toi près de moi

 

Ce n'était plus un rêve

Cette longue période sans toi

Avait réussi à maintenir notre amour intact

En puissance malgré cette longue séparation

Notre désir etait toujours aussi fort

Enfin l'attente était terminée

                                                        DANY

im0023b

ce petit poème est mon 2em bébé il faudra être indulgent avec moi merci

DANY

11:44 Écrit par DANY dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook

25/10/2009

FEMME !!! (( en Français ))

                        POEME N° 2

 

Corps de femme , blanches collines , cuisses blanches

L' habitude du don te rend pareil au monde

Mon corps de laboureur sauvage , de son soc

A fait jaillir le fils du profond de la terre .

 

Je fus comme un tunnel. Déserté des oiseaux

La nuit m'envahissait de toute sa puissance

Pour survivre j'ai dû te forger comme une arme

Et tu es la flèche à mon arc , tu es la pierre de ma fronde


Mais passe l'heure de la vengeance , et je t'aime

Corps de peau et de mousse , de lait avide et ferme

AH ! le vase des seins ! AH ! les yeux de l'absence !

AH ! roses du pubis ! AH ! ta voix lente et triste !

 

Corps de femme , je persisterai dans ta grâce

Ô soif , désir illimité , chemin sans but !

Courants obscurs où coule une soif éternelle

Et la fatigue y coule , et l'infinie douleur

                               PABLO NERUDA

      gateway


13:54 Écrit par DANY dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook